top of page

Deus Ex Machina Café

Dernière mise à jour : 14 juin 2023

Le 15 avril 2023
Les Déchargeurs

Deus Ex Machina Café
texte : Nicolas Quelquejay mise en scène : collective lumières : Thomas Le Goff collaboration à la création du théâtre d’ombre : Emilie Moreau
jeu : Zoé Van Herck en alternance avec : Mathilde Guêtré-Rguieg, Samuel Labrousse, Marine Lansman, Nicolas Quelquejay

Le résumé de l’histoire de Deus Ex Machina Café est presque impossible à faire. Cela semble évident depuis le début. « Ce spectacle ne comportera aucun fil rouge », c’est l’un des personnages qui le décrit ainsi. Pourtant, même si la pièce ne propose pas une histoire linéaire et unique, la mise en scène est dotée d’une vision artistique claire et intelligente qui nous fait rire, mais aussi nous fait réfléchir sur la façon dont va et dont ira notre monde.

La première scène représente déjà une série de sketches satiriques dont le sens se dévoile au fil du spectacle. Le titre, Deus Ex Machina Café, peut susciter aussi des controverses. « Deus ex machina » est une expression latine qui signifie littéralement « Dieu sorti de la machine », et qui est utilisée dans le théâtre grec antique pour décrire une situation dans laquelle une divinité apparaît soudainement sur scène pour résoudre les conflits et conclure le drame. Ainsi, Deus Ex Machina Café pourrait être interprété comme un lieu où l’on est surpris par des événements inattendus et improbables tout en offrant une perspective unique sur les choses.
La synthèse entre le passé et le présent se reflète également dans le nom de la compagnie. Bacchus+5 a été fondée en 2018 et utilise l’humour pour critiquer la violence du monde contemporain dans ses spectacles. Son nom associe la divinité festive et théâtrale Bacchus à la référence académique « bac+5 » qui évoque la formation supérieure. Cette fusion symbolise la résistance aux normes imposées par la société mercantile actuelle.

Deus Ex Machina Café se représente donc comme un montage de sketches satiriques et burlesques autour de plusieurs sujets de société. Les sketches, inspirés de diverses sources, offrent un regard provocateur qui parodie les codes du théâtre expérimental, et permettent d’attirer l’attention du spectateur en suscitant un rire pur et dénué. En effet, le rire devient l’instrument principal pour transmettre l’idée centrale de la pièce : la superficialité du monde contemporain, notamment dans le domaine de l’entreprise, des médias et de la culture start-up. Ainsi, dans une multitude de personnages interprétés par quatre comédiens de grand talent (Zoé Van Herck, Samuel Labrousse, Marine Lansman, et Nicolas Quelquejay), le rapport qui semble émerger est celui de serviteur-maître dans toutes ses transfigurations possibles. Ce rapport, par le biais de situations comiques, permet au spectateur de demander et de juger le monde extérieur.

Le rire, dans Deus Ex Machina Café, est constant. Il sert à pousser parfois les limites de l’absurde. Les événements qui se déroulent sur scène peuvent sembler incohérents, mais c’est précisément cette dimension qui donne un sens tout particulier à la pièce. Le texte, le jeu d’acteur, les objets scéniques, le décor, les costumes extravagants, les masques qui jouent, les « animaux » qui deviennent les personnages, le théâtre d’ombres, tout cela sert à exprimer un rapport à la vie et à la société contemporaine qui est de l’ordre du symbole. Eduardo De Filippo disait : « Quand le public rit trop au théâtre, il ne pense jamais qu’il a ri de lui-même ».

Deus Ex Machina Café est un spectacle captivant et inoubliable, accessible dans sa vitalité, qui invite le public à se laisser porter par une expérience théâtrale unique.

Aida Copra





85 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

2 Comments